Les femmes sont-elles vraiment les grandes gagnantes de la réforme ?

Les femmes sont-elles vraiment les grandes gagnantes de la réforme ?

12 février 2020 Non Par Débat Retraites

Le gouvernement avance souvent comme argument que les femmes seront les grandes gagnantes de la réforme des retraites . Elles ont aujourd’hui une retraite d’environ 40% inférieure à celle des hommes. Corinne Vignon, députée LREM et membre de la commission des affaires sociales affirme que ” le système universel sera plus protecteur pour les femmes”. 

> Parce que le gouvernement a oublié les femmes dans son étude d’impact

Les cas types présentés dans l’étude d’impact correspondent à des trajectoires typiquement masculines (et sans enfant !), quant aux femmes non mariées ou divorcées, cette réalité n’est même pas abordée. Le gouvernement aurait-il quelque chose à cacher ?

> Parce que les femmes seront les premières victimes du système à point

Les femmes étant les premières touchées par le travail à temps partiel et les congés parentaux, elles seront les plus pénalisées par le nouveau mode de calcul qui prend en compte toutes les périodes travaillées, y compris les « mauvaises années », et non plus les 25 meilleures.

Le système à points reflètera en effet encore plus fortement que le système antérieur les inégalités salariales tout le long de la carrière. Par exemple, si le nouveau système prendra en compte les primes pour les fonctionnaires, il faut savoir que les femmes ne perçoivent que ⅓ des primes dans la fonction publique !

ON NOUS DIT : « Aujourd’hui les femmes aux carrières incomplètes doivent attendre jusqu’à 67 ans pour obtenir une retraite sans décote ». MAIS qu’en est-il de la majorité des femmes qui peuvent actuellement partir avant 65 ans sans décote ?! Elles devront maintenant attendre l’âge d’équilibre de 65 ans qui va reculer en fonction de l’espérance de vie et rejoindre progressivement les… 67 ans ! Retour à la case départ.

> Parce que toutes les femmes ne pourront pas bénéficier d’un minimum contributif ! 

Le gouvernement promet une retraite minimale à 1000 euros, qui s’élèvera progressivement à 85% du SMIC. Mais pour percevoir cette retraite minimale il faudra avoir travaillé une carrière complète avec au moins 50h au SMIC par mois tout au long de sa carrière. 

Or, 40% des femmes n’ont pas de carrière complète, elles ne percevront donc pas ce minimum contributif !

> Parce que la fin des retraites actives touchera de plein fouet les femmes

Grâce à l’existence des retraites actives, aujourd’hui, 400 000 aides-soignantes, sages-femmes, et infirmières, partent à la retraite à 57 ans. Dans le nouveau système, ces dernières ne pourront pas partir avant 62 ans (dans le meilleur des cas).

ON NOUS DIT : « Avec le nouveau projet, ¼ des aides-soignantes pourront au titre de la pénibilité bénéficier d’un départ anticipé à la retraite, et ainsi partir sans décote à 62 ans ». MAIS, aujourd’hui, c’est déjà 100% des aides-soignantes qui partent à 57 ans !

> Parce que les femmes mères de famille seront pénalisées

Le nouveau système de retraites propose une majoration de 5% des pensions de retraites et non plus une bonification de trimestres. Ainsi, les mères de familles devront travailler plus longtemps si elles souhaitent pouvoir bénéficier de leur pension de retraite sans décote.

De plus, les couples auront le choix face à la répartition de la majoration. On imagine alors très bien que les couples vont choisir de faire profiter de cette majoration celui qui a le salaire le plus élevé : les hommes le plus souvent. Résultat, on accroît la dépendance des femmes vis-à-vis de leur conjoint qui bénéficiera de la majoration.